Les graines de la paix

Comment ne pas faire référence à nos parents alors que j’ai écrit un article sur la paix dans un autre blog? Effectivement, une des bases de notre éducation a été le partage de la paix. Il était primordial pour notre maman que nous vivions entre nous dans une atmosphère de paix. Que nous n’entretenions pas les rancunes, les blessures, les chicaneries, les critiques ou les vexations actives dans nos coeurs. “La vengeance, disait notre maman, n’est pas souhaitable, et ne fait de tord qu’à celui qui la sert” ! Toute sa vie, elle nous a dit et redit l’importance de maintenir la paix dans nos coeurs et dans le milieu dans lequel nous vivions. Elle nous a démontré si souvent combien il était important de semer encore et encore les graines de la paix autour de nous, quand bien même les récoltes étaient maigres !!! Combien de fois n’a-t-elle pas fait le premier pas pour restaurer un climat de paix ? J’aurais tendance à dire qu’elle le faisait toujours, ce premier pas. Qu’elle ne baissait pas les bras et qu’elle croyait au pouvoir curateur de l’amour de la paix. Même s’il m’arrivais de ne pas comprendre pourquoi elle semait encore sur un sol qui, apparemment, était desséché, je finissais par comprendre l’importance de son geste, voyant que finalement, la terre était devenue prospère à force d’être nourrie et choyée. Ò chère maman, que belles étaient ta patience et ta persévérance, ta foi et ta confiance ! Que précieuses étaient tes actions silencieuses ! Tu as su semer en nous les graines de la paix, tu nous as montré comment en prendre soin, tu nous a expliqué leurs vertus curatives et surtout, tu nous as fait goûter au parfum et au délice de la paix ! Tu nous as appris à nous en servir judicieusement et généreusement !
Aujourd’hui, c’est avec émotion que je repense à tous ces moments et ces gestes tendres que tu nous as transmis pour répandre autour de nous la beauté de la paix et la vivre le plus simplement possible en nos coeurs. Grande est ma gratitude ! MERCI !

Haut de page

Les derniers instants

C’est en 2005 que notre maman vécut ses derniers instants de vie. Une expérience pour nous inoubliable! Nous venions de rentrer d’un voyage de 10 jours de marche méditative dans le désert marocain quand arriva l’échéance. C’était le 19 février, jour de mon anniversaire, quand nous sommes montés nous installer pour la veiller. Ce jour-là notre maman nous surpris tous. Lorsque nous fûmes tous réunis dans sa chambre, elle nous dit: “Mes enfants, j’aimerais que nous instaurions une tradition pour célébrer le dernier voyage, ne le prenez pas mal, mais j’aimerais que nous trinquions et fêtions ces instants ensemble. Buvons une coupe de Clairette de Die. Ne soyez pas tristes, réjouissez-vous pour moi! Venez, que je vous donne ma bénédiction! Vous prendrez soin du papa après mon départ et poursuivrez votre vie. Ne vous arrêtez sous aucun prétexte!” Quelle lucidité notre maman ! Quelle force de Vie et d’Amour l’animait alors? Nous n’avions pas pour habitude de trinquer à la maison, mais ces mots étaient empreints d’une Sagesse toute particulière ! Nous ne pouvions résister à son invitation et nous reçûmes sa bénédiction en toute simplicité, en toute humilité ! Grande était notre émotion à nous tous ! Grande était notre joie de pouvoir célébrer le départ de notre chère maman avec autant de Grâce et d’Amour ! Ce jour-là nous avons discuté de tous les détails de son départ sans exception ! Quel soulagement, quelle légèreté nous vivions ! C’était à peine inimaginable ! Et pourtant tellement juste et Vrai, Sincère et Authentique… si fort en Foi ! tout comme elle avait passé sa vie, elle se préparait à nous quitter. Tranquille, confiante, réfugiée en Dieu en toute simplicité, en toute humilité ! Elle nous enseignait la Puissance de la Confiance en toute circonstance ! La Force de la prière pratiquée toute une vie durant ! Quelle Grâce, quelle délicatesse, quelle douceur pour ses enfants et son mari ! Quelle bienveillance et quelle reconnaissance face à la Vie !
Le lendemain, c’est avec ses petits-enfants qu’elle trinqua, tous ceux qui avaient pu venir étaient là… tous émus, trinquèrent avec elle et purent lui dire leur amour et leur gratitude. Ceux qui n’avaient pu venir lui téléphonèrent et tous reçurent sa bénédiction, tout comme nous ! Que d’émotions et de Joie pure ! Tous, ont pris congé d’elle, simplement !
Joël et moi l’avons veillée durant cinq jours, relayés par mes soeurs. Nous avons passé le temps le plus fort de toute notre vie ensemble, en famille unie, telle que nos parents nous avaient éduqués ! Notre papa, durant ces jours-là était épuisé, il a pratiquement dormi trois jours et trois nuits, sans relâche, à tel point que nous croyions qu’il allait mourir avec elle ! Puis l’échéance arriva, le jeudi matin peu avant dix heures. Les derniers instants de vie sonnaient à la porte. Nous y étions tous préparés…Elle avait passé toute la nuit à prier. Elle a passé en revue toute sa vie et dit OUI, comme si elle avait accompli tout ce qu’elle devait au mieux de ce qu’elle pouvait. Elle nous donna l’impression cette nuit-là de s’être acquittée de tout ! Quelques minutes avant son dernier souffle, elle se blottit dans les bras de notre papa, non sans l’avoir réveillé, et s’éteignit simplement. Elle lui témoignait le plus fort de son Amour ainsi ! Ce fut pour notre papa un bonheur sans nom que d’accompagner sa douce bien-aimée dans son dernier voyage en la tenant dans ses bras rassurants ! Il nous dit souvent par la suite, la chance qu’il avait eue durant toute sa vie avec elle et combien ces derniers instants avaient été importants et riches !
Y a-t-il des mots pour dire notre gratitude au départ si aimant d’une maman ? NON il n’y a que la Force de l’Amour de Dieu pour nous en faire saisir le sens profond !

Haut de page

Don de soi et confiance

Don de soi et confiance ont été deux règles d’or de nos parents. Je pourrais dire aujourd’hui que d’une certaine façon par leur attitude, leur engagement, ils ont marché, là où ils se trouvaient, ouvriers, avec petits moyens financiers, sur les pas de Gandhi.  Ils ont utilisé ces lois universelles si simples disponibles à chacun s’il veut bien se donner la peine de les utiliser, à savoir : don de soi et confiance absolue, en toutes circonstances, pour le service de l’Amour divin, le bénéfice du Tout et de tous.
Gandhi, à une large échelle s’est investi pour les plus pauvres, lui, issu d’une famille aisée, d’une caste noble, a tout laissé un beau jour, alors qu’un avenir brillant et prometteur s’ouvrait à lui. Il s’est investi corps et âme dans son élan d’Amour universel, pour mettre en lumière la force spirituelle, résidant en chacun, bien plus puissante que tous les comptes en banques les plus fournis!
Qu’ont fait nos parents? Ils se sont investis corps et âme, dans leur élan d’Amour de Dieu, pour utiliser Ses ressources insoupçonnées au service de leur famille et de qui en avait besoin, sans compter ni leur temps, ni ce que cela leur apporterait en terme d’argent. Ils s’en sont remis à la Force divine, demandant chaque jour, que leur soit attribué leur pain quotidien et tout ce qui leur était nécessaire pour faire face à leurs obligations. Si grande était leur foi et leur abandon en Ses Forces, qu’ils ont fait l’expérience tout au long de leur longue vie, que cela fonctionne bel et bien comme ça! Ouvriers qu’ils étaient, ils détenaient ainsi, un pouvoir bien supérieur à la valeur financière d’un compte en banque! Ils étaient libres de leurs mouvements, de leurs décisions, de la manière dont ils investissaient leur temps et leur argent! Ils étaient auto-suffisants grâce à la production de leur jardin, ils donnaient sans compter leur temps pour rendre service aux autres, et jamais nous n’avons entendu notre papa rentré d’avoir labouré un jardin, dire qu’il n’avait pas été assez rémunéré. Il ne demandait rien, et pourtant, il revenait toujours avec un “salaire” : des oeufs, un lapin, du miel, quelque fois avec de l’argent, ou une bouteille de vin… toujours il était content de ce qu’il recevait.
Ce que j’aimerais partagé au travers de ce blog, en hommage à nos parents, c’est que, qui que nous soyons, où que nous vivions, nous détenons tous, en nous, une force magistrale, plus puissante que tout, et que si chacun l’utilisait, là où il est, pour le bénéfice du Tout, et non pas en recherchant d’abord son enrichissement personnel, et bien la Lumière l’emporterait sur la peur collective qui règne aujourd’hui par l’intermédiaire des médias ou des réseaux sociaux.
Nos parents, tout comme Gandhi ou Mère Thérésa, ont utilisé cette Force, cet abandon total en Dieu, sachant qu’Il oeuvre pour le meilleur du Plan prévu par LUI au service de la Vie et que nous avons tous notre responsabilité à jouer dans ce Plan Divin!
Notre papa disait :Il ne sert à rien d’aller à contre-courant, de lutter, de s’acharner à vouloir quelque chose à tout prix, il suffit de s’en remettre à la volonté Divine, et d’accepter les dons offerts tels qu’ils nous sont proposés par la Vie, sans les discuter, mais en les utilisant!” Grande Sagesse de notre papa!

Haut de page